Tryptophane et dépression

dépression tryptophane

Diverses théories ont été proposées concernant le rôle du tryptophane dans la dépression. Certaines de ces théories impliquent les récepteurs post-synaptiques, mais il est plus probable que la disponibilité de 5-HT, le neurotransmetteur responsable des actions du tryptophane, soit plus importante. En outre, on pense que le glucagon, qui a été impliqué dans l’épuisement de l’approvisionnement en tryptophane de l’organisme, pourrait jouer un rôle important dans la dépression.

Hypothèses sur la dépression tryptophane

Plusieurs hypothèses ont été émises sur le rôle du tryptophane dans la pathogenèse de la dépression majeure. L’hypothèse de la sérotonine en fait partie. La carence en tryptophane a été identifiée comme un facteur de risque important de trouble dépressif majeur à la fin des années 1960.

Il y a également eu un certain nombre de controverses sur le rôle du tryptophane et d’autres acides aminés dans la pathogenèse de la dépression. Une hypothèse suggère qu’une alimentation pauvre en tryptophane pourrait augmenter le risque de développer une dépression. Plusieurs études ont montré que l’exercice peut augmenter les niveaux plasmatiques de tryptophane. L’hypothèse 5-HT de la dépression continue de recueillir un flux constant de nouvelles données intéressantes. Il reste à voir si la prochaine génération d’antidépresseurs pourra faire ce que les médicaments du passé ne pouvaient pas faire.

La meilleure façon de déterminer si le tryptophane est effectivement la solution miracle dans la quête pour comprendre la dépression est d’étudier l’impact d’un régime sur le cerveau. Un régime riche en graisses peut inhiber le transport du tryptophane à travers la barrière hémato-encéphalique. Par conséquent, une alimentation riche en acides aminés essentiels comme le tryptophane peut réduire le risque de développer une dépression. En particulier, les patients atteints de sarcopénie peuvent être vulnérables à la dépression.

Un examen de plusieurs études récentes sur le sujet suggère que le tryptophane joue le rôle le plus important dans la pathogenèse du trouble dépressif majeur. C’est également le seul acide aminé connu qui peut entrer en compétition pour le transport à travers la barrière hémato-encéphalique. Combinée à une augmentation du taux circulant de corticostéroïdes, l’activité tryptophane-pyrrolase est activée. Cela permet la production de kynurénine. Il a également été observé que l’équilibre de la 3-hydroxykynurénine (alias 3-HK) et de l’acide kynurénique peut se déplacer vers ce dernier.

Essais cliniques sur l’efficacité et l’innocuité des comprimés Shen-Zhi-Ling dans le traitement de la dépression

À l’aide du modèle « Grading of Recommendations », la qualité des essais cliniques sur l’efficacité et l’innocuité des comprimés Shen-Zhi-Ling dans le traitement de la dépression a été évaluée. La revue a classé les études qui répondaient aux critères d’inclusion et a effectué des recherches dans les bases de données chinoises et anglaises.

Il y avait 55 ECR qui remplissaient les critères d’inclusion. Au total, 5572 participants ont été inclus. Ils étaient âgés de 18 à 65 ans. La plupart des études impliquaient des participants diagnostiqués avec une dépression sur la base des directives cliniques existantes. Les participants ont été divisés en deux groupes, le groupe SZL et le groupe placebo.

Le nombre d’études était trop petit pour tirer des conclusions définitives. Les études incluses présentaient des lacunes méthodologiques qui empêchaient une conclusion ferme. Une méta-analyse à l’aide du logiciel STATA a été réalisée pour évaluer la qualité des preuves. Il a été constaté qu’en dépit du coût de ‘billion de dollars’, il y avait peu ou pas d’avantages à utiliser l’acupuncture dans le traitement de la dépression.

Le résultat le plus important était le nombre de patients présentant une réduction significative des symptômes. Les résultats ne sont pas tout à fait clairs, bien qu’il semble que l’effet n’était pas statistiquement significatif.

Le test « Bonferroni » n’a montré aucune différence significative entre les groupes SZL et placebo. Cependant, il y avait une certaine hétérogénéité entre les groupes. Cela peut être attribué aux différences dans la conception des études et/ou à la gravité de la dépression. En général, la qualité des études était trop faible pour tirer des conclusions définitives.

Le glucagon dévaste les réserves de tryptophane

Le glucagon est une hormone importante dans le contrôle de la glycémie. Il a un effet positif et négatif sur l’homéostasie énergétique. De plus, il joue également un rôle dans la régulation de l’appétit. Bien que ses effets sur l’appétit n’aient pas été entièrement définis, il a été suggéré que le glucagon pourrait contribuer à la régulation de l’appétit en provoquant des changements métaboliques hépatiques.

Le récepteur du glucagon est un récepteur couplé aux protéines G exprimé dans de nombreuses cellules, notamment le foie, le tractus gastro-intestinal, le cœur, les reins et le tissu adipeux. Il est également présent dans le système nerveux central et on pense qu’il joue un rôle dans la régulation de l’appétit.

Le glucagon stimule la production de glucose dans le foie et augmente la libération de glucose à partir des réserves de glycogène. Le glucagon est libéré en réponse à l’hypoglycémie, ce qui abaisse les niveaux de glucose. Lorsque les concentrations de glucose diminuent, la concentration de K+ intracellulaire augmente. Cela ouvre les canaux Ca2+ voltage-dépendants, déclenchant la libération de glucagon des cellules alpha.

Le glucagon stimule également la cétogenèse, qui est la production de corps cétoniques. Le tryptophane est nécessaire pour ce processus. Le tryptophane est un précurseur du NAD, qui est important dans notre corps. Le tryptophane est également utilisé dans la production de sérotonine, qui est un neurotransmetteur important dans le contrôle de la dépression.

En plus de ses effets sur le métabolisme du glucose, le glucagon joue également un rôle dans la régulation de l’appétit. Il peut contribuer à l’homéostasie énergétique par ses effets sur le tissu adipeux, ce qui augmente la dépense énergétique au repos.

L’épuisement des TRP fournit un moyen de tester certaines de ces théories

Plusieurs théories ont été proposées pour expliquer la diminution de la disponibilité des TRP pour la synthèse de la 5-HT chez les patients atteints de TDM. Ces théories incluent des stimuli inflammatoires accrus, une dégradation accrue du TRP et une disponibilité réduite du KP. La voie catabolique TRP/KYN montre différentes étapes d’activation et de désactivation dans le MDD. Le foie est un acteur de premier plan dans cette transition.

Afin de tester certaines de ces théories, une étude a été menée pour étudier les effets de la déplétion aiguë en tryptophane. Entre autres choses, cette étude a examiné les effets de l’épuisement du tryptophane sur la mémoire, le traitement contextuel et l’humeur. Plus précisément, les patients ont reçu un mélange d’acides aminés avec une conception croisée en double aveugle. Le mélange a été donné aux sujets après qu’ils aient subi des évaluations psychologiques. Ces évaluations ont été effectuées le matin du test et à nouveau sept heures plus tard.

Des échantillons de sérum ont été prélevés sur du sang veineux à jeun et centrifugés. Le sérum a ensuite été aliquoté et stocké à -80°C. Les métabolites du tryptophane ont été mesurés à l’aide d’un chromatographe Waters 2695. Plus précisément, les métabolites suivants ont été mesurés : KYN, 5-HIAA, 5-HIAA et 3-HK. Par rapport aux HC, les patients avaient des taux sériques de KYN et de 5-HTrp significativement plus faibles.

Il y avait également une corrélation significative entre les scores KYN/TRP et HAM-D17. Cela indique qu’une dégradation accrue du TRP en KYN est liée à une augmentation des stimuli inflammatoires. Il est également possible que cet épuisement affecte la fonction du neurotransmetteur dans le cerveau.

Les patients avec un score HAM-D 17 supérieur ou égal à 17 étaient plus susceptibles d’avoir reçu un diagnostic de TDM. Ces patients avaient également un rapport TRP/KYN plus élevé que les HC. Cela s’est accompagné d’un état pro-inflammatoire accru de leurs monocytes. L’état inflammatoire de leurs monocytes était corrélé avec leurs taux sériques de KYN, 5-HIAA, 5-HIAA, 3-HK et TRP.

La disponibilité synaptique de la 5-HT est plus importante que les effets des récepteurs post-synaptiques

Diverses études ont exploré le rôle du neurotransmetteur 5-HT dans la dépression. Cette recherche a fourni beaucoup d’informations sur le rôle des récepteurs 5-HT, mais on sait peu de choses sur le système de transport des neurotransmetteurs, qui régule les niveaux de neurotransmetteurs dans le SNC.

Le système de transport n’est pas limité aux tissus du SNC. Il comprend également les plaquettes, qui jouent un rôle important dans le transport des monoamines. De plus, les effets de la 5-HT sur les récepteurs sont interrompus par la présence de protéines de transport.

Il est possible que la réponse antidépressive dépende des effets de la 5-HT sur la croissance neuronale et la neurogenèse. Cette hypothèse, cependant, n’est pas entièrement confinée au rôle du système NE, qui s’est avéré altéré par le stress.

Un autre rôle potentiel de la réponse antidépressive est les effets des récepteurs 5-HT2. Il a été démontré que ces récepteurs jouent un rôle important dans la réponse antipsychotique. Ils engagent un microcircuit inhibiteur, qui empêche la libération de NE dans l’hypothalamus latéral.

Ce microcircuit est activé par les 5-HT2CR sur les neurones CRF du BNST. Cela inhibe le comportement anxieux chez le rat. Il a été démontré que le BNST contient de nombreux 5-HT2CR.

Malgré les progrès réalisés au cours des deux dernières décennies, la compréhension de l’étiologie de la dépression reste un problème de longue date. La pathologie sous-jacente est complexe et peut être liée à des dysfonctionnements dans différentes régions du cerveau, telles que l’hippocampe et les ganglions de la base.

Épuisement des TRP sous antidépresseurs

Il a été rapporté que les ISRS affectent le métabolisme des TRP chez les rongeurs. Ils modifient le métabolisme des enzymes pertinentes dans la voie KYN, déplaçant le catabolisme de la voie neurotoxique KMO vers la voie KYNA. Cela peut entraîner des modifications des métabolites dans le sang. Les ISRS peuvent avoir un effet direct sur le métabolisme du TRP, mais le mécanisme n’est pas encore connu.

Certains ISRS entraîneraient des changements dans les niveaux de corticostérone chez les rongeurs. Ils modifient également le métabolisme de l’enzyme IDO, qui est nécessaire pour convertir le TRP alimentaire en KYN. Ces changements peuvent être associés à des changements dans les cofacteurs qui influencent le métabolisme des TRP, y compris la fonction hépatique.

Le foie est le premier organe à métaboliser le TRP alimentaire, et son activité peut être liée à la régulation des niveaux de métabolite KYN dans la circulation sanguine. Le stress peut également augmenter les niveaux des enzymes clés qui convertissent le TRP en KYN. Des enzymes sensibles à l’inflammation peuvent être impliquées dans le processus et leur expression peut varier selon les types de tissus.

Certaines études ont rapporté une conversion accrue du TRP en KYN chez les patients déprimés. Cela peut être dû à l’activation de l’enzyme TRP 2,3-dioxygénase, qui est impliquée dans la production de SER, un composant important du MDD. L’enzyme est activée par le cortisol, l’hormone primaire du stress.

Les ISRS peuvent également réduire les niveaux de métabolites TRP en aval, tels que QUIN. Cela peut réduire la quantité de 5-HT disponible pour la neurotransmission. Ces changements peuvent affecter les hypothèses sérotoninergiques et glutamatergiques de la dépression.